La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Trophée Lucigambette

 

L’utilisation d’un GPS facilite drôlement la vie du randonneur

L’itinéraire étant préparé à l’avance, le GPS vous permet de suivre votre trace sans se poser de question. C’est donc un outil de rapidité, et de sécurité avant tout !

Attention cependant : Certes il peut vous tirer d’affaire en cas de problème, mais ne doit pas vous inciter à forcer le passage contre le mauvais temps par exemple, surtout si les éléments sont contre vous, il faut savoir renoncer.

Un GPS même en état de marche, est bien difficile à utiliser sans avoir au préalable préparé son itinéraire, deux possibilités pour le préparer, soit Charger une trace existante sur n’importe quel site web en privilégiant les données relevées sur le terrain ou préparer soi-même son itinéraire depuis son Pc en utilisant un logiciel de cartographie avec fond de carte IGN,  il existe des outils gratuits sur le web, mais pas toujours faciles à utiliser pour des néophytes (comme Edit GPX).

Le GPS peut vous rendre beaucoup de services, mais son utilisation ne s’improvise pas et malheureusement beaucoup d’acquéreurs ne savent pas s’en servir.

Il faut donc s’entraîner avant et régulièrement avant d’en avoir réellement besoin sur le terrain, en parallèle, rien ne vous empêche d’avoir dans votre sac à dos, la carte, l’altimètre et la boussole traditionnelle.

 

Pour le choix d’un Gps, voici mes principaux critères:

– L’autonomie: Compter au minimum 16 heures d’autonomie et de préférence des piles.

– Qualité de réception: les nouvelles puces sont maintenant beaucoup plus sensibles que les anciennes et ne posent plus vraiment de problème de réception, même en forêt (sauf pour les GPS bas de gamme)

– La fonction TrackBack, fonction très importante sur un GPS qui vous permet lorsque vous avez enregistré votre trace à l’aller de vous ramener au point de départ dans le sens inverse, notamment par exemple, si le brouillard vous surprend.

– Le GPS doit avoir une mémoire interne suffisante ou la possibilité de mettre une micro carte SD afin de pouvoir charger les cartes IGN (Attention, les Gps de premiers prix n’ont pas de mémoire extensible) maintenant si vous préparez et chargez traces et waypoints de vos randonnée avant de partir, il n’est pas nécessaire d’avoir une cartographie mais cela permet un réel plus et un meilleur confort sur le terrain. Les cartes IGN proposées sont chères, presqu'autant que le GPS, mais il existe des cartes gratuites OSM (OpenStreetMap pour GPS Garmin) que vous pouvez trouver ICI. Il suffit de télécharger en bas de page le fichier gmapsupp.img sur la micro carte SD, sous le répertoire Garmin préalablement créé.

– Le boitier: Choisissez un boitier compact, solide, antidérapant et étanche (IPX7) avec un écran lisible même en plein soleil et surtout ne vous laissez pas tenter par les petits plus comme les ordinateurs et appareils photos embarqués sur les GPS.

– Simplicité d’utilisation: un GPS ne peut être utile que si vous arrivez à vous en servir et à naviguer correctement à travers les différent menus (certain GPS sont des vraies usine à gaz ! )

Concernant les différents types et marques de GPS, il y a suffisamment de site web pour vous renseigner et vous faire une opinion.