La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Trophée Lucigambette

Quelques pensées

 

- Si partir c'est mourir un peu, est-ce-que rester garantit la vie éternelle ?

- Si la foi déplace les montagnes, l'itinéraire risque de s'en ressentir.

- Quiconque prend un raccourci est prié de le rapporter au départ après usage.

- J'ai tellement fait marcher ma femme qu'elle a fini par partir.

- J'envie ma montre. Lorsqu'elle avance, elle ne marche pas.

- Certaines traces ne mènent nulle part. Les traces de doigt par exemple.

- Est ce qu'un marcheur à l'arrêt est toujours en état de marche?

- Passer sans penser est plus aisé que de ne pas penser au passé.

- Les crampons sont déconseillés pour les marches silencieuses.

- Il faut avouer qu'avec de grosses chaussettes, on a souvent maille à partir.

- Les refuges sont loin de tout dans la montagne afin que l'odeur des chaussettes n'indispose pas le voisinage.

- Un panorama est un endroit qui permet de voir de loin ce que, d'habitude, on voit de près.

- On appelle communément "pied de lampe", un pied de marcheur présentant un grand nombre d'ampoules.

- On parle du chant du départ, mais jamais du chant d'arrivée. Normal : à l'arrivée, le marcheur n'a plus de voie.

- Qui met les pieds dans le plat aura toujours du mal à grimper.

- La rando, çà ressemble au foot. Tout sentier battu à l'aller sera le plus souvent éliminé au retour.

- Dieu est un bon jardinier. Dès qu'il voit un homme planter une tente, il l'arrose fréquemment.

- Qui veut voyager loin doit savoir ne pas s'arrêter.

- Si la droite est le plus court chemin entre deux points, la gauche sera réservée à celui qui a le temps.

- Si marcher était aussi agréable, personne ne s'efforcerait de prendre un raccourci.

- Qui marche à reculons aura toujours du mal à voir le bout du chemin.

- L'amoureux ne marche jamais à pas comptés vu que, lorsqu'on aime, on ne compte pas.

- Si les voies du seigneur sont impénétrables, il serait peut-être temps de les débroussailler.

- Parité oblige, on dit maintenant "une p'tite bonne femme de route", tout comme on dit "un p'tit bonhomme de chemin".

- Si tout le monde demande son chemin en même temps, il n'y en aura certainement pas assez.

- Tout marcheur naturiste ne sera, après tout, qu'un simple va nu pied.

- Le vrai marcheur est celui qui, parti de rien, est revenu de tout.

- Boire ou marcher, il ne faut pas choisir. Il faut boire...et marcher.

- Dès que tu te mets un sac à dos, tu sens sur tes épaules le poids de son ressentiment.

- Je crains tellement qu'un bavard m'accompagne que je n'emprunte que des chemins à une voix.

- Il est déjà difficile d'avancer vers un coin reculé, alors que dire de celui qui recule vers un coin avancé ?

- Comme son nom l'indique, le pied sur le retour n'est certainement pas de la première fraicheur.

- Le marcheur qui avance d'un pas décidé est toujours celui qui n'y va pas par quatre chemins.

- Petit, on m'a dit "ne marche pas sur les lacets". Voilà pourquoi, aujourd'hui, je ne marche qu'en plaine.

- Le bon côté des embranchements est qu'on peut enfin s'asseoir et réfléchir.

- Le vrai marcheur ne connait qu'un seul proverbe : "Noêl au balcon, Pâques aux crampons"

- tout caillou plongé dans une chaussure exerce sur le pied une poussée de bas en haut égale au poids du marcheur.
- Ce que j'aime dans une rando, c'est être le retardataire dans un groupe de casse-pieds.

- La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe.

- "Comment appelle-t-on deux jours de pluie?" - "Un week-end"

- Même si tu es allé très loin en faisant fausse route, fais demi tour.

- Parfois la carte reste la seule preuve que le chemin mène bien quelque part.

- "Tu dois marcher droit" disait mon père, c'est pourquoi j'ai pris des chemins de traverse.

- S'endormir au volant, c'est très dangereux. S'endormir à vélo, c'est très rare. S'endormir à pied, c'est très con.

- Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche !